Séjour à Arles

Séjour culturel en Provence romaine et médiévale avec guide conférencier.

Ce spécialiste émérite de la destination, à vos côtés pendant tout le voyage, vous fera partager sa passion et ses connaissances et vous dévoilera l’esprit des lieux en toute convivialité.


Petite Rome des Gaules, Arles fut une cité antique prospère, parée de tous les monuments reflétant son prestige : amphithéâtre, théâtre, thermes... Sa position stratégique au bord du Rhône, entre Italie et Espagne, contribua à ce succès qui ne se démentit pas au Moyen Age, quand elle devint une étape sur la route vers Saint-Jacques de Compostelle. Aujourd'hui la cité camarguaise cultive un art de vivre provençal et un dynamisme culturel illustré par le musée Réattu dédié aux beaux-arts et par le célèbre musée de l'Arles antique aux exceptionnelles collections archéologiques. Une escapade sur les chemins provençaux vous conduira également au château de Tarascon, l'un des plus beaux de France, et aux Carrières de Lumières, le fameux centre d'art numérique des Baux-de-Provence.




Exemple de programme


Jour 1 : La ville d'Arles, son patrimoine romain et le musée départemental Arles antique

Rendez-vous à 9h30 devant l'hôtel. (Journée sous forme de promenade à pied) C'est dans un bâtiment contemporain, construit par l'architecte Henri Ciriani sur les restes du cirque romain, que le musée départemental Arles antique nous dévoilera ses collections archéologiques impressionnantes : objets du quotidien, éléments d'architecture, mosaïques, sarcophages, maquettes, etc. Cette visite présente l'évolution de la ville romaine et nous donnera également l'opportunité de voir l'extension du musée, inaugurée en 2012. Le musée s'est en effet doté d'une nouvelle aile d'une surface de plus de huit cents mètres carrés. En son centre, nous pourrons admirer une barge d'époque romaine, datée des années 50-60 après J.-C. Près de quatre cents objets, pour la plupart arrachés par les hommes aux sédiments du Rhône, sont également exposés. Déjeuner au restaurant. Cet après-midi, nous verrons les monuments les plus emblématiques de la ville. Ville celto-ligure, colonie grecque et romaine, Arles fut dans l'Antiquité une cité prospère, un véritable carrefour commercial. L'empereur Constantin y résida temporairement (à l'époque, la ville s'appelait Arelate), tandis qu'en 395, elle devint la préfecture des Gaules. De cette période brillante, la ville a conservé un riche ensemble architectural. Ainsi subsiste le théâtre, construit à l'époque d'Auguste (fin du Ier siècle), il correspond à la première phase d'urbanisation commencée par César, lorsqu'il fonda la colonie romaine en -46.



Aujourd'hui, il reste quelques gradins, deux hautes colonnes de marbre et une fosse. A l'époque, il pouvait accueillir plus de dix mille personnes. Un peu plus loin, le colossal amphithéâtre romain, symbole de la ville, pouvait quant à lui recevoir plus de vingt mille spectateurs ! En fin de journée, c'est au conservatoire du santon provençal, installé dans une maison du XVIIIe siècle, que la genèse de ces figurines représentatives de l'art populaire local lors des fêtes de fin d'année nous sera dévoilée par un maître santonnier. Une démonstration de création de santons nous sera présentée à l'issue de la visite. Installation à l'hôtel. Dîner libre. Nuit à Arles.

Jour 2 : Les Carrières de Lumières et les châteaux des Baux-de-Provence et de Tarascon


(Environ 60 km) Route vers Les Baux-de-Provence. Le matin, nous visiterons les Carrières de Lumières où, sur plus de six mille mètres carrés de roche, sont projetées des œuvres de peintres célèbres (Picasso, Cézanne, Van Gogh) ou des photographies, sur un fond musical adapté. Pour le départ d'octobre 2020 : la grande exposition immersive est consacrée à Dalí, l'énigme sans fin, et la petite exposition à Gaudí, architecte de l'imaginaire (pour les autres départs, nous mettrons à jour l'actualité de la programmation dès qu'elle sera officialisée par le site.) . Puis nous nous rendrons au château des Baux-de-Provence, remarquable château fort du XIe siècle, dont le site a connu une occupation humaine continue depuis le Néolithique. Il fut également le théâtre des fameuses guerres baussenques, qui opposèrent les Provençaux à l'occupant catalan. L'édifice expose aujourd'hui à ses visiteurs des reconstitutions de machines de guerre médiévales (baliste, bélier, trébuchet, arbalète à tour, quintaine...), un moulin à vent et de superbes panoramas sur toute la région visibles par temps clair (abbaye de Montmajour, Arles, Saintes-Maries-de-la-Mer et Aigues-Mortes), en particulier depuis le haut du donjon (escalier difficile d'accès, visiteurs sujets au vertige s'abstenir). Déjeuner à Saint-Rémy-de-Provence. Le château de Tarascon, construit au XVe siècle, fut la propriété des comtes de Provence-Barcelone. Il a été édifié à l'emplacement d'un premier château du XIIIe siècle, lors d'un affrontement entre les comtes de Provence et la couronne de France. Restauré en 1400, il présente un remarquable état de conservation. Retour à Arles. Dîner libre. Nuit à Arles.


Jour 3 : Le musée des beaux-arts Réattu, les Alyscamps et les thermes de Constantin

(Journée sous forme de promenade à pied) Ce matin, nous visiterons le musée des beaux-arts d'Arles, le musée Réattu. Ce musée a puisé son histoire dans l'ancien Grand-Prieuré des chevaliers de l'Ordre de Malte, bâti à la fin du XVe siècle. Le peintre arlésien Jacques Réattu l'acheta en 1796 pour y vivre et y travailler. Il souhaitait également y accueillir en résidence des artistes pour leur offrir la lumière et l'ampleur de son paysage. En 1971, deux ans avant sa mort, Picasso scelle son attachement à Arles en offrant au musée un ensemble soigneusement choisi de cinquante-sept dessins où trois thèmes se conjuguent en d'innombrables variations : l'Arlequin, le Peintre et son modèle, et surtout la haute figure du Mousquetaire, moitié hidalgo, moitié matador, fascinant autoportrait final. Déjeuner libre. Nous verrons cet après-midi, les Alyscamps qui furent, des temps romains à la fin du Moyen Age, l'une des plus célèbres nécropoles d'Occident. Puis nous gagnerons les thermes de Constantin, également connus sous le nom de thermes du Nord et construits au début du IVe siècle. Ces bains romains, considérés à tort au début comme les ruines d'un palais romain, ont été classés aux monuments historiques. Nous terminerons notre visite par les cryptoportiques, partie cachée du forum (place publique centrale de la ville romaine). Le site fut l'une des premières réalisations urbaines d'Arles, lors de la fondation de la colonie. Ses fondations, que nous visiterons, sont destinées à stabiliser l'esplanade. Fin du programme à 18h30 devant votre hôtel.


Budget estimé


Parler de prix fixe lorsque l'on évoque un voyage sur mesure a peu de sens. En effet, celui-ci varie suivant de nombreux facteurs (niveau de prestations, période, délai de réservation et bien d'autres encore). Le seul prix exact sera celui de votre devis personnalisé.


> Demander des conseils ou un devis



> Voir les offres sur la France